drame, Historique, lecture 2019, Littérature contemporaine, Mes chroniques

Une pluie d’étincelles de Tamara McKinley

Le 21/08/2019

Synopsis :

Quand des secrets ressurgissent… Australie, 1946. Becky Jackson est revenue vivre dans son Outback natal avec son fils Danny après que son mari a été déclaré mort sur le front malaisien.Depuis deux générations, sa famille dirige l’hôpital de Morgan’s Reach, bourgade fondée par son grand-père.Becky y connaît tout le monde et retrouve sa meilleure amie, elle aussi veuve de guerre.Becky retrouve également Ben Freeman, le pompier en chef secrètement amoureux d’elle. Mais Becky ne veut pas succomber à ses avances tant que Danny n’aura pas fait le deuil de son père.Il n’a pas plu depuis trois ans quand une tempête électrique menace d’embraser la région. Et de réveiller rancoeurs et jalousies au sein de la petite communauté.

40081250._SY475_

Mon avis :

On ne présente plus Tamara McKinley, c’est une auteure que je lis très régulièrement, plusieurs fois par an d’ailleurs. Vous pouvez d’ailleurs retrouver des informations sur une de mes chroniques toute récente, ici.

J’avais été enchanté par L’été du repentir, à tel point que j’ai eu envie de relire un autre roman de l’auteure. J’ai donc jeté mon dévolu sur Une pluie d’étincelles.

Dans ce roman, nous sommes bien évidemment en Australie, en 1946, juste après la seconde guerre mondiale. Nous suivons la vie d’une petite communauté, dans un hameau, “Morgan’s Reach” construit autour d’un petit hôpital qui a toute son importance pour les grands domaines qui sont situés au tour. 

L’action principale tourne autour de deux personnages, qui sont Rebeca Jackson et son fils de 9 ans Danny. Ces derniers ont rejoint le cocon familial après la guerre, Rebeca ayant perdu son mari. Elle apprend peu à peu à se reconstruire auprès des siens. Son père dirige l’hôpital, sa mère est infirmière tout comme elle, et tout comme la génération précédente qui est à l’initiative de la construction de l’hôpital.

Danny est un petit garçon débrouillard et un peu sauvage qui souffre de l’absence de son père. Il n’accepte pas sa mort et il est persuadé qu’il rentrera un jour. Or depuis quelques temps, un homme solitaire, un peu sauvage, et surtout habillé avec des anciens militaires se rapprochent de Morgan’s Reach. Danny est persuadé que c’est son père. Le petit garçon devient ingérable pour sa mère.

Le climat du livre est lourd, comme le temps. L’ambiance y est particulièrement très bien retranscrite par l’auteure. Dans le premier tiers, c’est assez tendu, il se passe plein de petites choses, de petits éléments qui se mettent en place, et qui menacent de mettre le feu aux poudres. Le titre du livre est donc particulièrement bien choisi. Je dois avouer que cette attente au début du livre m’a un petit peu agacé, même si après coup, j’ai bien compris que c’était voulu par l’auteure et que j’ai aimé l’effet escompté.

Parce qu’à un moment, évidemment, tout va s’embraser, et alors là, il m’a été tout simplement impossible de reposer ce livre. Il y avait plusieurs actions en même temps. La pression était intense et le suspense à son comble.

Et cerise sur le gâteau, j’étais certaine d’un fait durant toute ma lecture, à telle point que je n’ai même pas cherché plus loin, et à la dernière page, l’auteure m’apprend le contraire et j’ai adoré ça, c’est un peu comme la petite surprise de dernière minute. Bravo !

En bref, ce roman est un presque coup de coeur, que je vous recommande vivement.

feel good, lecture 2019, Littérature contemporaine

Le charmant cottage d’Amelia d’Abby Clements

Le 16/08/2019

Synopsis :

Alors qu’elle s’apprête à fêter ses 30 ans, Amelia retrouve dans un tiroir une liste de souhaits qu’elle s’était promis de réaliser. Parmi ses souhaits il y avait celui de vivre à la campagne dans un cottage. Amelia et Jack son mari achètent une vieille bâtisse de charme qui nécessite d’être rénovée. Amelia ignore combien ce déménagement allait bouleverser sa vie familiale et sentimentale.

32857344.jpg

Mon avis :

Abby Clements a travaillé dans l’édition avant de se lancer dans l’écriture. Elle vit à Londres, adore ne rien faire les dimanches après-midi, et affectionne les films des années 1980. Elle est l’auteur de trois romans : La Merveilleuse Boutique de crèmes glacées de Viviane (2014), Les Divines Glaces à l’italienne d’Anna (2016) et Le Charmant Cottage d’Amelia (2016), tous publiés aux Éditions Prisma et repris chez Pocket.

Pour ma part, j’ai ses deux premiers romans dans ma PAL depuis une éternité, et je ne sais pas pourquoi je n’ai jamais pris le temps de les lire, c’est donc avec son troisième roman que je découvre sa plume. 

J’adore ce genre de roman feel good qui fait du bien au moral. Je lis souvent ce genre de roman durant l’été. Ce sont des romans qui détendent, avec des personnages hyper attachants, et un scénario qui donne envie de tourner des pages.

Le Charmant Cottage d’Amelia ne fait pas exception à la règle. Nous y suivons en particulier le personnage d’Amélia, une jeune femme Londonienne qui s’apprête à passer le cap de ses 30 ans. Elle est heureuse tant professionnellement que dans sa vie sentimentale, même si cela pourrait être mieux. Elle est professeur de littérature à Londres, et elle se donne à fond pour motiver ses élèves. Elle espère obtenir une promotion. Elle est mariée et vit dans une petit deux pièces assez “miteux” mais c’est un peu le cocon familial du couple, leur nid douillet. 

A l’approche de ses trente ans, Amélia sent un peu la pression “sociale”, elle n’a toujours pas d’enfant et n’en souhaite pas. Après une discussion avec sa meilleure amie, elle se souvient d’une liste qu’elle avait écrite bien des années avant. Celle-ci énumère les choses qu’elle aimerait réaliser avant ses trentes ans. Elle la retrouve alors, et cela va tout remettre en question. Amélia se met alors en tête d’aller vivre à la campagne, et elle arrive à convaincre son compagnon. Mais ce gros chantier va alors complètement chambouler leur vie, pour le meilleur et pour le pire.

J’ai vraiment beaucoup aimé, car c’est un roman auquel nous pouvons facilement nous retrouver. Il met en scène la vie d’un couple comme tant d’autres qui va se laisser submerger par des non-dit, par la pression sociale et financière, par les secrets de famille, et simplement par la société en général. Les personnages sont peu nombreux mais très attachants. Ils sont simples, ce sont des gens comme vous et moi, des gens qui nous ressemble, ou que l’on peut croiser dans notre vie. 

L’écriture est fluide, l’histoire est très intéressante. C’est un roman que je vous recommande chaleureusement. Je sais que je vais craquer très prochainement pour les premiers romans de l’auteure.

Mes chroniques, policier

Agatha Raisin enquête, tome 01 : La Quiche fatale de M.C. Beaton

Le 19 septembre 2016

Edit au 16/08/2019

Synopsis :

Sur un coup de tête, Agatha Raisin décide de quitter Londres pour goûter aux délices d’une retraite anticipée dans un paisible village des Costwolds, où elle ne tarde pas à s’ennuyer ferme. Afficher ses talents de cordon-bleu au concours de cuisine de la paroisse devrait forcément la rendre populaire. Mais à la première bouchée de sa superbe quiche, l’arbitre de la compétition s’effondre et Agatha doit révéler l’amère vérité : elle a acheté la quiche fatale chez un traiteur. Pour se disculper, une seule solution : mettre la main à la pâte et démasquer elle-même l’assassin.

couv24185285

Mon avis :

J’ai découvert cette série chez Mya, qui avait beaucoup apprécié cette saga policière pas tout à fait comme les autres. Ici, il s’agit du premier tome, elle met en scène un personnage assez haut en couleur, auquel je me suis beaucoup attachée durant ma lecture, et pourtant elle n’est pas dénuée de défauts, mais je lui pardonne, il s’agit d’Agatha Raisin.

Cette quinquagénaire avait jusque là sacrifié sa vie sociale et sentimentale à sa carrière. Elle avait une agence de communication de grande renommée à Londres, mais voilà, elle vient de choisir de la vendre, pour réaliser son rêve d’enfance : Acheter un cottage dans les Costwolds, et vivre paisiblement dans ce petit village au calme, avec un paysage de rêve.

Mais très vite, Agatha s’ennuie, elle est seule, n’a pas d’ami, et se fait même une ennemie en la personne de sa voisine. Elle décide alors de participer à un concours de quiches pour rencontrer du monde et surtout se faire connaitre. Mais Agatha va tricher, car elle est vraiment très nulle en cuisine.

Le problème, c’est que non seulement, elle va perdre, mais en plus l’organisateur du concours va repartir avec la fameuse quiche d’Agatha, y goûter, et mourir empoisonné ! Si très vite, les soupçons se tournent vers notre quinquagénaire préférée, elle est aussi très vite disculpée, et la police veut alors croire en un simple concours de circonstances malheureuses.

Agatha quant à elle est certaine qu’il s’agit d’un meurtre, elle commence alors à mener l’enquête…

J’ai adoré, le scénario et l’écriture de ce premier tome. C’est un polar à part, qui joue sur les situations cocasses et rocambolesques, et l’humour souvent grinçant. Ça donne un ton tout à fait particulier au roman, mais ça reste tout de même un policier. J’en redemande, et je sais déjà que je lirai la suite, j’ai d’ailleurs déjà en ma possession le second tome !

Si vous voulez découvrir, les aventures d’Agatha Raisin, elles sont disponibles chez Albin Michel !

Edit : Seconde lecture

Pour le Club de lecture du mois de sept, Agatha est au programme, comme j’ai lu ce livre il y a plus de trois ans, j’ai souhaité le relire, histoire de me rafraichir la mémoire :

J’ai apprécié le scénario et l’écriture de ce premier tome. C’est un polar à part, qui joue sur les situations cocasses et rocambolesques, et l’humour souvent grinçant. Ça donne un ton tout à fait particulier au roman, mais ça reste tout de même un policier. Maintenant avec le recul et une seconde lecture trois ans plus tard car le livre ne m’était absolument pas resté en mémoire, et qu’il est le sujet du club de lecture de septembre auquel je participe, il s’avère que je n’ai jamais lu la suite et que je ne suis pas certaine que je le ferai. Tout simplement, je pense que c’est un livre peut être un peu trop à part pour moi, et qu’il ne correspond pas à mes lectures classiques et habituelles, il n’y a pas assez de suspense pour qu’il me plaise en tant que polar, ou thriller. Attention je ne dis pas qu’il devrait y en avoir plus, ça n’est tout simplement pas ce style de livre.